Benjamin OPPERT

Auteur et dealer d'histoires

Les nouvelles du front (pas encore de rides)

NesleV2

La tournée de YUKAZU se poursuit en Allemagne et en Yougoslavie pour présenter l'album "Du bist nackt" !...

Paroles en français signées B.O. ! Oh la petite contribution à la francophonie !...

 

album yukazu aaa13

Hey :) Deux nouvelles Pièces présentées sous formes de lectures pour échanger avec le public et voir comment adapter et développer le travail d'écriture et de mise en scène.

 

Le 25 juillet 2017 au Festival d'Avignon !

 

De 10 h 15 à 11 h dans le cadre de la nouvelle édition de "Voyages d'Auteurs à Présence Pasteur" (13, rue du Pont Trouca)

"Je rêvais d'un autre Monde"

Dans une société surréaliste au bord du précipice, deux autistes arrivent à la tête du Gouvernement et décident de mettre en place le revenu d'existence.

Comment va réagir le Peuple ?

Comment vont se comporter les deux autistes, ultra-brillants mais dépassés par les tâches de la vie quotdienne ?

 Avec LJeRevaisouise Caron, Marie Oppert, Mathieu Barbier, Olivier Troyon

 Entrée gratuite ;)

 

 

 

 

 

 

De 20 h à 21 h à l'Espace ALYA (31bis rue Guillaume Puy)

"Les nombrils"

De 1900 jusqu'à 2047, dans un vieil appartement, le goût de l'écriture et une polémique autour de la lecture se transmettent de génération en génération, au fil des pratiques, des personnalités et de l'Histoire de France.

Nombrils

 

 

  Avec Thaïs Herbreteau, Marie Oppert, Saverio Maligno, Olivier Troyon

  Entrée libre ;)

 

 

 

 

Attention : 2 lieux différents 

 

 InstitutLondres175

 

Wow ! Quel accueil pour un p'tit frenchie durant toute une semaine !

Beaucoup de questions très précises sur ce qu'ils avaient lu et étudié ! Et en prime cette année : l'animation d'un atelier d'écriture créative :)

Et après l'Institut, ça a été : programme BBC (Beer - Bacon - Culture) :p

 

InstitutLondres171  InstitutLondres172

 

 

Causerie le 6 avril dans l'émission "Bibliomanie" sur Radio Libertaire (89.4 FM), animée sur les bonnes ondes de Valère-Marie Marchand qui sait si bien sonder le Monde !

InstitutLondres

Pour la deuxième année consécutive, des textes travaillés par les Profs et les étudiants de l'Institut français de Londres !

Passage prévu dans les cours au mois de mai pour des temps d'échanges !

Une petite contribution pour faire vivre la francophonie !

courtry

sete  A lire : cet appel des 180 (dont je fais partie)    pour que la culture soit réellement prise en  compte par les candidat(e)s à l'élection  présidentielle, toutes tendances confondues.    C'est l'essence même de ce que nous sommes. 

 Publié sur le Huffington Post puis relayé par les Inrocks, le  Figaro,...

 Nous entrons en campagne aujourd'hui. Non pas  pour prendre position pour l'un-e ou l'autre des  candidat-e-s ni pour dresser un catalogue précis de   mesures catégorielles mais pour lancer un appel à  celles et ceux qui prétendent aux plus hautes  fonctions de la République.

  C'est un appel à ne pas renier le passé: Dans ce monde qui change vite et qui emporte souvent avec lui les certitudes du passé, un-e Président-e ne doit  pas renier l'héritage commun de cette politique culturelle que nous avons tous en partage. Il plonge ses racines chez Beaumarchais qui a su faire  émerger le droit  d'auteur pour protéger les créateurs de la mainmise des puissants et garantir une plus grande liberté de création et d'expression – un  combat toujours actuel. Il se prolonge avec cet engagement continu de défendre et de promouvoir la diversité culturelle.

  C'est un appel à la conscience et à la responsabilité pour construire l'avenir. Sans ses auteurs et ses artistes, sans ses œuvres, sans sa langue, la France  ne serait pas ce qu'elle est. Il y a aussi une conviction: notre politique culturelle, aussi efficace et indispensable soit-elle, n'a jamais été confrontée à  autant  de défis.

 Relever les défis mais aussi lutter contre les faiblesses de l'action publique. Nous en connaissons les limites : entre autres, des risques de  désengagements  budgétaires; des inégalités criantes envers les femmes et les minorités; une frilosité à soutenir la diffusion des œuvres, et en  particulier d'auteurs vivants dans le théâtre ; un financement fragile pour un service public de télévision qui se doit d'offrir une création diverse et audacieuse ; une démocratisation culturelle largement inachevée ; une éducation artistique qui n'est pas assez développée ; un soutien insuffisant à des établissements de proximité et des initiatives fragiles pourtant indispensables pour faciliter l'expression artistique et l'accès du public aux œuvres.

C'est un appel à agir vite et fort en Europe. Va-t-on continuer longtemps encore à supporter ces menaces et cette mise en cause permanente du droit d'auteur, ou plutôt du droit des auteurs, et du financement de la création vilipendés matin, midi et soir? Il n'y a pourtant aucune fatalité à ce que le droit d'auteur et le numérique ne puissent se concilier. Ceux qui nourrissent cette dualité sont les tenants d'une modernité factice qui visent à opposer des créateurs, considérés comme de oisifs nababs, à des géants de l'Internet, bienveillants, généreux et sans arrière-pensées commerciales.

Cette idéologie, qui fait aussi le lit des populismes, relève de la résignation et de la démission. Il y a bien un avenir pour la culture et la création, diverse et plurielle, en Europe, pour peu qu'on s'en donne l'ambition et qu'on définisse des règles pour encadrer le numérique.

C'est un appel à ne pas uniformiser la culture: depuis une quinzaine d'années, s'est développée une forme de dérive, insidieuse mais réelle, qui a eu tendance à faire de la politique culturelle une politique des industries culturelles, niant dans le même temps qu'elle devrait d'abord servir la création, dans sa diversité, son originalité, sa richesse et dans sa capacité à créer un lien social et culturel.

A trop négliger l'idée que les œuvres n'étaient pas des biens comme les autres et à oublier qu'il faut une diversité d'auteurs pour assurer une diversité culturelle, une forme de banalisation de la culture a prospéré: l'art et la culture ont été rebaptisés "industries créatives", les œuvres sont devenues des "contenus" et les spectateurs se sont transformés en "consommateurs".

Derrière ces mots, se dressent des réalités implacables et incontestables: les conditions de création et de rémunération se sont dégradées, les auteurs sont soumis à diverses formes de censure, économiques et parfois même politiques, la diversité de la création se trouve en sursis. Jusqu'à quand ?

C'est enfin un appel à faire de la culture un enjeu politique. Pour mettre un terme au silence qui entoure désormais les enjeux pour la création dans les campagnes électorales. Pour répondre aussi à la question la plus essentielle: une politique culturelle, à quoi ça sert ?

Liste complète des signataires:

Nelly Alard, Jean-Paul Alègre, Bruno Allain, Fabien Arca, Eric Assous, Stéphanie Aubin, Ancelin Auclerc, Roland Auzet, Sylvie Aymé, Sabrina B. Karine, Abdelkrim Bahloul, Patricia Bardon, Dominique Baron, Antares Bassis, Jean-Michel Baudoin, Luc Béraud, Emmanuelle Bercot, Elodie Bergerault, Renaud Bertrand, Thomas Bidegain, Brigitte Bladou, Jean-Christophe Bleton, Christophe Botti, Françoise Boublil, Lyèce Boutkhitine, Nicolas Boukhrief, Veronika Boutinova, Virginie Brac, Patrick Braoudé, Catherine Breillat , Stéphane Brizet, Pierre-François Brodin, Serge Bromberg, Irina Brook, Brigitte Buc, Christian Carion, Jean-Michel Carré, Jacqueline Cauët, Denise Chalem, Luc Chalifour, Sylvie Chanteux, Malik Chibane, Catherine de La Clergerie, Sandrine Cohen, Laurent Contamin , Sylvie Coquart, Johann Corbard , Costa-Gavras, Jean-Philippe Costes-Muscat, Miguel Courtois, Denis Cressens, Dominique Crevecoeur, Catherine Cuenca, Jean-Philippe Daguerre, Marina Damestoy , Audrey Dana, Adeline Darraux, Aline dedeyan , Jean-Christophe Derrien, Juliette Deschamps, Sophie Deschamps, Isabelle Destrez, Vincent Dheygre, Louis Dunoyer de Segonzac, Nicolas Durand-Zouki, Pascal Dusapin, Jacques Fansten, Joël Farges, Jean-Paul Farré, Michel Favart, Jean-Teddy Filipe, Guy Foissy, Frédéric Fort, Olivier Fox, Pierre Frenkiel, Didier Gauroy, Khaled Ghorbal, Christel Gonnard, Denys Granier-Deferre, Flore Grimaud, Alain Guesnier, Victor Haïm, Betty Hania, Laurent Herbiet, Philippe Hersant, Sophie Hiet , Caroline Huppert, Jean-Pierre Igoux, Severine Jacquet, Christophe Joaquin, Arthur Joffé, Sandrine Joly, Pascal Kané, Laurence Katrian, Caroline de Kergariou, Liliane de Kermadec, Corinne Klomp, Gérard Krawczyk, Philippe Laïk, Dominique Ladoge, Christelle Lamarre , Chloé Lambert, Anne Landois, Daniel Larrieu , Christine Laurent, Anik Le Ray, Benjamin Legrand, Micheline Lelievre, Salomé Lelouch, Jocelyne Lemaire-Darnaud, Laurent Lévy, Lorraine Lévy, Philippe Lioret, Jean-Jacques Lonni, Antoine Lorenzi, Sophie Loubiere , Isabelle Magnin, Arnaud Malherbe , Justine Malle, Pascale Manigaud, Christophe Maniguet, Marie-Castille Mention-Schaar, Frédéric Michelet, Radu Mihaileanu, Christine Miller-Wagner, Pascal Mirleau, Sylvain Monod, Gérard Mordillat, Steve Moreau, Cyril Morin, Richard Nataf Yves Nilly, Alain Nahum, Hervé Nouvel, Jacques Nunez-Teodoro, Philippe Ogouz, Benjamin Oppert, Euzhan Palcy, Charlotte Pailleux , Dominique Paquet, Natacha Paquignon, Olivier Péray, Thierry Petit, Franck Philippon, Stéphane Piéra, Laura Pelerins, Blandine Pélissier, Vincent Poymiro, Dominique Probst, Karel Prokopp, Cecile Proust, Félix Pruvost, Nathalie Rafal, Anne Rambach, Antoine Rault, Vincent Ravalec, Sandrine Ray, Jacques Richard, Jean-Philippe Robin, Pauline Rocafull, Eric Rondeaux, Brigitte Rouan, Christian Rouaud, Eric Rouquette, Christophe Ruggia, Nicolas Saada, Alain Sachs, Agnès de Sacy, Jean-Paul Salomé, Marion Sarraut, Sylvie Seidmann, Guy Seligmann, Arnaud Selignac, Michel Sibra, Michele Sigal, Nicole Sigal, Charlotte Silvéra, Jean-Pierre Siméon, Jean-Pierre Sinapi, Jean-François Sivadier, Frédéric Sojcher, Elsa Solal, Christiane Spiero, Alain Stern, Blandine Stintzy, Régine Suhas, Luc Tartar, Bertrand Tavernier, Cecile Telerman, Frédéric Tellier, Victoria Therame, Marie-Pierre Thomas, Eric Toledano, Philippe Touzet, Jean-Paul Tribout, Patrick Vanetti, Yvan Varco, Panchika Velez, Philippe Venault, Eric Verat, Eric Verdin, Pauline Verhelst, Dominique Veyrier, Daniel Vigne, Eliane Vigneron, Florence Vignon, Georges Werler, Aurelie Youlia, Fatma Zohra Zamoum

   Bon eh bien deux nouveaux échos qui résonnent dans la boîte à presse :

 

  - MonParisCulturel.com de Camille Lhost

  - Les chroniques d'Alfred Eibel, article de Françoise Montfort

 

Et là, en-dessous, c'est à la fois dans le TGV pour Dax

et dans un épisode de Star Wars. 

 

 

StarWarsDax

londresHey ! Pas à pas, mot à mot, on poursuit le chemin.

Balbutier des syllabes, étirer des phrases, construire des histoires pour exploser dans les têtes lectrices et les bouches comédiennes. 

L'album du groupe allemand YUKAZU, "Du bist nackt"avec des paroles françaises continue de se faire connaître... en Allemagne... à travers des concerts bien chauds où de l'autre côté du Rhin, on se dandine allègrement. Intime conviction que YUKAZU pourrait plaire à nombre de Französisch (paroles françaises chantées avec le petit accent allemand charmant de Lena Krüger sur des mélodies gypsy-pop-ambiance des Balkans-enfiévrées-enivrantes de Mike Hermann) !

 "Les petites voix", le texte issu du livre collectif "Shakespeare et Cervantes, cadavres exquis" à l'occasion des 400 ans de leur mort, a été lu en Dordogne le 28 janvier. Mais pas (encore) de retour, on sait pas comment ça s'est passé. Euh ?!...

  Et puis... à propos de "Avant - Pendant - Après", il y a eu des échos qui font plaisir à l'égo-cabot :

 - Le site de Froggy's Delight : "à la manière de Dubillard", "dénouement quasi-pirandellien", "cousinage ionescien" et de jolis compliments sur la mise en scène d'Idriss et le jeu de Anne Barthel, Céline Bellanger, Serge Martinez et Alexandre Triaca "qui font leur miel de répliques aussi percutantes que ciselées et savoureuses."

Le Blog de Danielle Dumas : "Benjamin Oppert peint dans ses personnages les travers de nos contemporains, les péripéties des vies intranquilles, quand « c’est le règne du fric » mais que « personne n’en a ». Il décrit avec finesse les désirs et les manques de ses protagonistes. C’est vif, frais, et il a toujours un regard tendre pour celui, ou celle, qui souffre."

Y a eu aussi une interview. Ah ouais ? Où ? Sur ActuMédias :) Et un passage sur Dynamic radio mais ça n'a pas été mis dans la boîte à souvenirs. 

Et ça continue d'écrire : à Londres, dans le train, en attendant le métro parisien, rarement dans un café. (La SNCF qui m'envoie un mail pour dire "Vous avez fait 20216 kilomètres en 2016, c'est bien mais vous pouvez faire mieux". Se faire challenger pour consommer du rail.)

Une nouvelle Pièce qui vient d'émerger, de l'écriture pour la télé, une représentation des "Tentations" le 5 mars en Seine et Marne, dans la Ville de Courtry, ça glisse, c'est bon. 

Hey :) Deux Pièces jouées à la rentrée, en septembre, octobre et décembre 2016 !

A découvrir aussi : le nouvel album du groupe allemand YUKAZU pour lequel j'ai écrit des textes de chansons et que Lena Krueger chante en français. Un joli succès en Allemagne en attendant le débarquement en France :p 

              affiche APA V2 bf429    affiche tentations 04c13 

                            album yukazu aaa13

Itinéraire d’un végétarien au pays des cannibales

presentation 1 aec5a     presentation 2 da594

Quand mon écriture était encore gamine, elle était très rouge et très noire. Des histoires de massacres dans des époques révolues. Elle a longtemps pensé que notre temps et la société d'aujourd'hui étaient stériles pour l'inspiration. Elle trouvait que tout avait été dit, pensé, répété, repensé.

Repérée par Jean d’Ormesson puis encensée par Michel Bouquet, elle accrochait des notes aux mots découpés en syllabes. Griffant ou caressant les remous, elle aimait tracer des courbes, autant de formes excitantes qu’elle malaxait à sa guise mais… « A quoi bon ? La création, c’est du passé revisité. » concluait-elle.

Lire la suite...

Photos et vidéos (on a évité les nus)

Franchir les frontières (et au-delà)

partenaires 1 eaefd
partenaires 2 4c618

 

Partant pour franchir des frontières (et ghettoïser les clichés et une certaine facilité) pour mêler racines, cultures et écritures, Benjamin Oppert a été accueilli en Belgique en 2011 au sein de la Résidence de Mariemont (Centre d’Ecritures Dramatiques de Wallonie-Bruxelles) et en 2016 à l'Institut français de Londres (pour échanger avec les étudiants qui travaillaient sur ses textes).

Il collabore avec le groupe allemand YUKAZU (http://yukazu.de/) qui chante plusieurs de ses textes.

Il a été membre à deux reprises du jury du Festival international THEATRA (en 2011 et 2014). Il a aussi fait partie du pré-jury du Prix Annick Lansman (en 2011 et 2013).

Contact du 4ème type (en partant de la droite)